Loading...
Nouvelles technologies

Big bata, banques et paiements mobiles : Quelle sera la prochaine étape ?

 

A peu près tous les secteurs ont quelque chose à dire sur le big data. Il change la façon dont les bookmakers font leurs pronostics, aide les entraîneurs sportifs à prendre de meilleures décisions et fournit aux entreprises du secteur de la santé les outils nécessaires pour améliorer les soins aux patients. Le phénomène a déjà produit des améliorations significatives pour les processeurs de paiement également. 

 

Cryptocurrency 

Avec le lancement en 2015 d’Apple Pay et d’Android Pay, les portefeuilles mobiles en particulier gagnent en popularité auprès du groupe le plus féru de technologie de l’histoire – les millennials. À elle seule, l’option d’Apple a connu une croissance de 500 % au troisième trimestre 2016, une augmentation qui, il est vrai, a beaucoup à voir avec l’ajout d’un support dans des pays supplémentaires comme le Royaume-Uni et le Canada, mais le chef de l’entreprise, Tim Cook, a récemment affirmé que les trois quarts de tous les paiements mobiles sans contact aux États-Unis étaient une courtoisie d’Apple Pay. Les options numériques ne sont plus seulement le domaine des grandes entreprises technologiques. Les marques du secteur des casinos, en particulier, ont adopté des méthodes de paiement de niche comme la crypto-monnaie (le bitcoin doit une grande partie de sa croissance initiale au soutien des sociétés d’iGaming), tandis que MrSpin, une société britannique, offre aux joueurs la possibilité d’effectuer un dépôt par téléphone. Cette dernière option signifie que les joueurs peuvent jouer aux machines à sous uniques de MrSpin sans avoir à les payer jusqu’à la fin du mois, lorsque leur facture de téléphone arrive. Le site Web offre aux visiteurs la sécurité supplémentaire de ne pas avoir à communiquer les détails de leur carte de crédit, tandis que les limites quotidiennes sur les dépôts garantissent que le jeu reste abordable. 

 

Concurrence avec les banques ? 

Alors, quelle est la place du big data dans les paiements mobiles ? Si l’on ignore le fait qu’il fournit des paramètres pour fidéliser les clients et améliorer les services, les avantages du big data pour les processeurs de paiement sont indirects ; à savoir que leur succès prive les banques des informations dont elles ont besoin pour séduire leur base d’utilisateurs existante, ce qui stimule la croissance d’apps comme Android Pay. Selon le Financial Times, l’application chinoise Alipay a fait perdre 20 milliards d’euros aux banques en 2015. Le problème n’est pas tant que les gens n’utilisent pas les banques (Alipay est toujours lié aux comptes bancaires des utilisateurs), mais que les institutions financières plus traditionnelles ne savent pas où l’argent est envoyé lorsque les consommateurs paient avec une application mobile. Les big data racontent une histoire et peuvent révéler bien plus sur la vie des clients qu’ils ne le souhaitent. Un retrait de 150 euros tous les vendredis peut indiquer qu’il s’agit d’un fêtard ; une hausse soudaine de l’épargne suggère un achat important à l’horizon (comme une maison), tandis que les frais quotidiens dans les cafés et les cabines de transport public font allusion à la vie d’un banlieusard. Les banques et les prêteurs accordent une grande importance à la capacité de faire des estimations approximatives des désirs et des besoins d’un client. Ce navetteur peut être à la recherche d’une voiture et être particulièrement réceptif au marketing des prêts. De même, il n’y a personne de plus intéressé par les prêts hypothécaires que les personnes qui économisent pour acheter leur première maison. 

 

Millennials 

En ce qui concerne le big data, les banques ont un ennemi commun : les millennials. Une étude indique que seulement 6,5 % des personnes nées entre 1980 et 2000 veulent un portefeuille numérique appartenant à une banque, par opposition à une marque branchée et moderne comme Apple, Google et PayPal, cette dernière étant l’entreprise préférée, plébiscitée par près de 50 % des milléniaux. En d’autres termes, la diminution de l’accès des banques au big data ne fera qu’empirer si les applications mobiles continuent de servir les caprices des technophiles mieux que les anciens établissements de brique et de mortier. Les banques ont fait des percées avec les paiements sans contact, mais porter du plastique reste une préoccupation supplémentaire lorsque les détails de la carte fonctionnent tout aussi bien sur un téléphone mobile. Comme prédiction finale, attendez-vous à ce que les banques poussent leurs propres portefeuilles mobiles en 2021 ; ce sera un geste désespéré mais nécessaire dans un monde de plus en plus mobile.